Contact Presse › l'appel
 
 
LIVRE › RESTER DES SINGES
FILM PLANETE › bande-annonce / synopsis / objectifs / carte / 6 hommes / partenaires / tournage
GAEL DERIVE › tournée / qui suis-je ?
L'APPEL
DE GRENOBLE
(le 12 mai 2015)
Texte

« Rien n'est plus puissant qu'une idée
lorsque le temps est venu »
V. Hugo
UNE
PLANETE
&
UNE
CIVILISATION
LE FILM

NOUS AURIONS DÛ
RESTER DES SINGES ...
LE LIVRE
janvier 2015
-
45 pages
5 euros











« La planète se moque de posséder une banquise et de grands espaces vierges totalement englacés.
La planète se moque d'être recouverte d'un océan plus haut de un ou dix mètres.
Mais pour l'espèce humaine, la terre représente tout, une ressource, une protection. »
Gaël Derive a osé sortir des rapports scientifiques pour aller éprouver les effets déjà bien réels du dérèglement climatique auprès de Satu, éleveur en Ethiopie ; Nipa, rizicultrice au Bangladesh ; Donildo, chasseur en Amazonie ; Jeannie, l'Inuite de l'Arctique ; Tsering, cultivatrice au Népal et Karakaua, pêcheur aux îles Kiribati. De ces rencontres, le scientifique revient bouleversé, avec cette certitude :
si l'on veut éviter à l'humanité de demain la précarité alimentaire, l'absence d'eau potable, l'errance climatique et l'extension des violences, il faut se saisir de cette crise comme d'une chance pour construire des modèles économiques et sociaux qui nous permettront de "prospérer sans croissance".
Faute de quoi, peut-être eût-il mieux valu rester des singes...




Collection « Ceux qui marchent contre le vent »
(comme "Indignez-vous !" de Stéphane Hessel)


Ils en parlent :

Aurélien De Biasi (de Grenoble) : « Gaël, il ne m'a fallu que quelques heures pour lire ton livre. Impossible de le lâcher tellement il touche mon âme d'amoureux de l'environnement dans lequel j'évolue. Oh non, je ne suis certainement pas un modèle en ce qui concerne la consommation, mais suis conscient que la branche sur laquelle je suis assis n'est pas aussi solide que je l'espérais ! Ton livre fait du bien, il est très objectif, juge sans condamné et interpelle nos responsabilités ! »

Carole Bertrand (de Bourg-en-Bresse) : « J'ai bien aimé ton livre. Il reprend ton film, sa philosophie, ses messages. Il est clair, facile à lire, concret. Il est fait avec humanité et respect. Il tourne au bureau en ce moment. Bravo. Et merci pour tous les humains ! »

Michel Miche (du Jura) : « Pèlerin du dérèglement climatique. Loin du GIEC et des controverses. Bouleversante épopée parmi celles et ceux qui souffrent directement du changement. Passionnant et émouvant. »

Michael Pierre (de Corse) : « Merci Gaël pour ce bel ouvrage. Un discours simple, direct et efficace, comme nous aimerions en avoir plus souvent. Au risque de me voir encore taxer de pessimiste ambiant par mon entourage, je pourrai maintenant leur rétorquer et revendiquer comme tu le dis si bien, qu’il s’agit là d’un pessimisme de raison ! Un ouvrage à diffuser en masse, dans les églises, dans les écoles et qui devrait devenir notre bible à tous, pour tout le temps qu’il faudra. »

GAEL DERIVE
› EXPERT

Docteur ès sciences, ses travaux de recherche se sont portés sur l'hydrologie en Afrique de l'Ouest, notamment au Sahel. Son expérience scientifique l'a amené à travailler au sein des grands organismes de recherche français (CNRS, INRA, IRD) sur les thématiques propres à l'étude de la planète : glaciologie, hydrologie, climatologie, biosphère. Au sein de l'Agence Locale de l'Energie et du Climat (ALEC), il se consacre ensuite au Plan Climat de l'agglomération grenobloise (1er plan climat français, 450 000 hab.).


› CONFERENCIER

Aujourd'hui, il fait partager les connaissances scientifiques et diffuse l'information au grand public de manière novatrice. En 2009, il réalise son premier film : L'ODYSSEE DU CLIMAT. La Grande Tournée Climatique qui suit connait un vif succès (20000 spectateurs) pour cette première tournée nationale dédiée au dérèglement climatique. Le public retient la simplicité de son discours et la rigueur de ses propos.


› TEMOIN

Désireux d'aller encore plus loin dans la diffusion des connaissances, il propose en 2012 le projet actuel UNE PLANETE & UNE CIVILISATION qui permet d'aborder les problèmes globaux, humains et écologiques, de manière plus humaine et plus concrète. Un projet à hauteur d'homme ! A 40 ans, GAEL DERIVE est aujourd'hui l'un des grands témoins de l'évolution de l'homme et du climat de la planète.


TOURNEE 2015
LES DATES
Toutes les dates sont désormais annoncées (depuis 2015) via Facebook.

Notamment : Epinal, Annecy, Luxembourg, Rodemack (avec JM Pelt), Grenoble, Bordeaux, Lannion, Foix, Courbevoie, St Quentin-en-Yvelines, Biozone, Grand Bivouac, Montpellier, Dijon, Melun .. (et bien d'autres)
LE SYNOPSIS DU FILM
"UNE PLANETE & UNE CIVILISATION"


« Un Ethiopien, un Népalais, un Kiribatien, un Inuit, un Brésilien, un Bangladais. Le point commun entre toutes ces personnes : faire partie de la grande famille humaine. Nous sommes tous de la même nation, de la même civilisation. La rencontre de 6 hommes et femmes nous fournit une vue d'ensemble du mode de vie au sein des diverses conditions climatiques que l'on rencontre sur la planète (équatoriale, semi-aride, montagne, mousson, océanique, polaire).

Ce sera l'occasion d'aborder le présent (agriculture, alimentation, climat), mais aussi l'avenir. L'enjeu est gigantesque : assurer la sécurité alimentaire de tous, tout en préservant le climat et les écosystèmes. Sachant que nous serons 2 milliards d'humains supplémentaires d'ici 40 ans, au sein de conditions climatiques qui se modifient rapidement. Chaque rencontre sonne comme un témoignage unique, apportant des bouts de réponse précieux : qu'est ce que le climat ? Quel lien existe-t-il véritablement entre les hommes et le climat ? Quel changement attend notre civilisation dans le cadre du dérèglement climatique global qui s'installe aujourd’hui rapidement ?

Quelle civilisation souhaitons-nous ? »


Un film de GAEL DERIVE
Durée : 1h20 (en HD) + version 55 min


Musique : Philippe PICON
Voix-off : Dominique GRYLLA
Caméra et mixage : Carlos CHAPMAN

« La rencontre des hommes et femmes au sein
des 6 principaux climats. Un nouveau regard
sur les problèmes globaux (humains et écologiques)
dans un contexte de dérèglement climatique.
Un film à hauteur d'homme ! »


1. RENCONTRER › LE QUOTIDIEN DES HOMMES

L'envie est de rencontrer 6 hommes et femmes directement chez eux, dans leur intimité, au sein de leur propre famille : dormir chez eux, manger avec eux, suivre leur vie quotidienne dans les rizières ou à la chasse au phoque, en suivant leur troupeau ou en pêchant dans le lagon, au coeur de la forêt primaire ou lors des plantations de pomme de terre. Le quotidien de ces hommes et femmes raconte bien plus qu'une simple histoire personnelle. Comment vit-on sur la planète ?


2. CONNAITRE › LE LIEN HOMME-CLIMAT

Notre civilisation se développe au sein de diverses conditions climatiques que l'on rencontre à la surface de la planète : climat équatorial, semi-aride, de mousson, de montagne, océanique ou polaire. Quelles sont les variables climatiques clés - comme la température et le rythme des pluies - qui influent directement sur le mode de vie des hommes (agriculture, alimentation, eau potable) ? Quel lien existe-t-il véritablement entre notre civilisation et le climat ?


3. COMPRENDRE › LE CHANGEMENT DE CLIMAT

Quel changement attend cette civilisation dans le cadre du dérèglement climatique global qui s'installe aujourd’hui rapidement ? Ce film apporte une vision plus concrète et plus humaine du dérèglement climatique. A hauteur d'homme, la situation se dévoile plus facilement. La modification du climat est plus complexe, plus forte et plus rapide que ce que l'on peut s'imaginer. La rigueur scientifique est le pilier de ce film qui se base sur les dernières données scientifiques (GIEC, AIE, FAO, OMM), ainsi que l'aide précieuse de plusieurs scientifiques (IRD, CNRS), dont Jean Jouzel (GIEC).


6 HOMMES & FEMMES
SATU
NIPA
KARAKAUA

Les scientifiques ont observé dans le Sud-Ethiopie une hausse de la température (+1,3°C en 40 ans) et une réduction rapide de la pluviométrie (-10% en 50 ans), avec une intensification des périodes de sécheresses qui se répètent : 1973, 1984, 2000 et encore 2003. Lors de la grande sécheresse de 2007, Satu a perdu la moitié de son troupeau. Pour Satu et sa famille (7 enfants), cela signifie la perte de son bétail, et de son unique repas (celui du soir) : un bol de lait de vache, mélangé avec du maïs pilé.

Les scientifiques observent des années sans véritable inondation, avec moins de 10% du pays inondé (comme en 2001 ou 2006). Mais, dans le même temps, on constate aussi un renforcement des inondations lorsqu'elles se produisent : des méga-inondations. En 1988 et 1998, 70% du pays avait été inondé (une superficie exceptionnelle jamais observée). Pour Nipa ces inondations modifient le rendement de sa petite rizière (0,2 hectare) qui nourrit sa famille (2 enfants).

Les scientifiques ont déjà observé une élévation du niveau moyen des océans de 19 cm à l'échelle de la planète. Le rythme actuel est de 3 mm par an. Dans cette région de l'Ouest Pacifique, la vitesse d'élévation est bien supérieure : +4 mm par an (ici aux Kiribati), +5 mm (juste à coté à Tuvalu), et jusqu'à +8 mm (dans les îles Salomon). Pour Karakaua et sa famille (2 enfants), cela modifie les quantités d'eau potable provenant des lentilles d'eau douce (situées à quelques mètres de profondeur).
JEANNIE
DONILDO
TSERING

Le thermomètre affiche aujourd’hui -10°C. Mais la température est douce en ces premiers jours du printemps. Les scientifiques ont observé une hausse des températures (en Arctique) : une hausse record au moins 2 fois plus rapide que dans le reste du monde. Les projections scientifiques prévoient une hausse majeure des températures sur l’Arctique d’ici 2100. Pour Jeannie et sa famille (6 enfants), cela va modifier les périodes de pêche et d'accès à la banquise.

Les scientifiques ont observé sur le bassin amazonien une baisse des pluies : -9% au cours des 40 dernières années. Dans le même temps, les fleuves connaissent davantage de fortes crues, en raison d’une hausse des pluies durant le pic annuel. Pour l'Amazone voisin (depuis les années 1970), le seuil de 250 000 m3 par seconde est désormais régulièrement dépassé. Pour Donildo et sa famille (5 enfants), cela signifie une intensification des crues du Tapajos qui inondent régulièrement son village.

Les données scientifiques indiquent un recul quasi généralisé des glaciers himalayens depuis les années 1980 (tendance identique aux autres régions du monde). Dans le Khumbu, la couverture de glace s’est réduite de 5% en 50 ans. Il est vrai que la température augmente de +0,6°C par décennie au Népal (une des plus fortes évolutions au monde). Pour Jeannie et sa famille (1 enfant), cela signifie la modification du rythme de ses plantations de pomme de terre.

› UN TOURNAGE SOUS TOUS LES CLIMATS

- En extérieur jusqu'à -20°C (Arctique)
- En permanence avec 85% d'humidité (Amazonie)
- Sous le soleil équatorial avec 35°C (Kiribati)
- Sous la pluie permanente de mousson (Bangladesh)
- Au coeur de la sècheresse (Ethiopie)
- A pied jusqu'à plus de 5000 m d'altitude (Himalaya)


› LA PRIORITE : LE LIEN HOMME-CLIMAT

Désirant découvrir chaque famille au coeur de son quotidien, GAEL DERIVE a rencontré les 6 hommes et femmes durant les mois où le climat était le plus propice pour comprendre le lien entre leur mode de vie et les conditions climatiques : durant la période de plantation des pommes de terre à la fin de l'hiver (en Himalaya), durant la période sèche (en Ethiopie), lors de la saison des crues (en Amazonie), lors de la débacle de la banquise (en Arctique), durant la saison sèche (atoll de Kiribati), en plein coeur de la mousson (au Bangladesh). Ces conditions étaient parfois difficiles pour le tournage du film, mais elles étaient nécessaires pour être le plus proche possible des conditions de vie des familles et saisir leur lien avec les conditions climatiques locales.



« Ces conditions climatiques ne sont pas extrêmes.
Elles sont simplement spécifiques et exigeantes.
Chaque homme et femme dispose d'une
connaissance aiguisée de son environnement
pour y vivre, parfois survivre. »

PARTENAIRES OFFICIELS DU FILM
ORGANISATION METEOROLOGIQUE MONDIALE
Institution spécialisée des Nations Unies (ONU) qui fait autorité pour tout ce qui concerne l’atmosphère, son interaction avec les océans, le climat qui en est issu, et les ressources en eau qui en résultent. site
OXFAM
Réseau de 15 organisations de solidarité internationale qui travaillent ensemble dans 98 pays, en collaboration avec des partenaires et alliés dans le monde entier, pour trouver des solutions durables à la pauvreté, les injustices et les inégalités. site
PARTENAIRES LOGISTIQUES DU FILM
CENTRE D'ETUDES HIMALAYENNES (CEH)
Unité Propre de Recherche du CNRS (UPR 299)
qui regroupe des chercheurs (anthropologues, géographes, agronomes, historiens) travaillant depuis 50 ans dans diverses régions de la chaîne himalayenne (Népal, Inde, Chine). site

GPDI (ETHIOPIE)
ONG travaillant depuis 2003 avec les communautés pastorales du Sud-Ethiopie, afin d'améliorer la situation socio-économique et de promouvoir un développement durable des moyens de subsistance des communautés pastorales. site

HUMANITYWATCH (BANGLADESH)
Organisation bénévole travaillant depuis 1998 au Sud-ouest du Bangladesh sur les questions de forêt, de biodiversité, de changement climatique, d'éducation et de connaissance indigène. site

KANGO (KIRIBATI)
Association d'ONG du Sud-Pacifique, établie en 1986. L'objectif est de collaborer avec le gouvernement et toutes les ONG, afin de faciliter le développement humain de la communauté des Kiribati. site


PRESSE
CONTACT



TELECHARGEMENTS

Dossier « film 1 Planète »
Affiches du film
Dossier « 6 hommes »
Photos officielles
     (1|2|3|4|5|6|7|8)
Livre « Rester des singes »
     (couverture / 4e)

INSERTION WEB

Intégrer la bande-annonce
sur votre site












Pour tout renseignement,
contactez GAEL DERIVE :

Mail : contact@gaelderive.fr
Tel : 04.76.541.549



@Copyright 2015 / Gaël DERIVE / Mentions légales